#1 17-06-13 18:42:20

TeKnOZiK
Orange Bud
Lieu : Près de chez vous
Inscription : 08-10-11
Messages : 2 026
Implication :   47 

2006 Big Sarkoval pour le 1er mai


2006 BIG SARKOVAL POUR LE 1er MAI


fly110.jpg



Salut a tous ,

Suite a la lecture d un document consacré au phénomène " Free-party  et Teknivals " ( Mémoire d'Eric Bergeault )

j' en profites pour vous en retranscrire une partie au sujet d un Teknival légal celui du 1er mai 2006 lors duquel Eric Bergeault fut médiateur ,
cet événement ayant rassemblé un très grand nombre de participants et de moyens mis en œuvre a marqué un tournant entre orgas et services de l etat .


Mais également une controverse concernant le site  réquisitionné par l état et la taille de l événement

Le Teknival de Chavannes ( dep 18 ) pour le 1er mai 2006 ...






L’OVNI TEKNIVAL : portrait d’une démesure




Pourquoi Chavannes ?

Bien que le terme Teknival puisse désigner un rassemblement Techno sur
plusieurs jours,
, il faut bien
différencier le différentes échelles de fréquentation.

il y a Teknival et Teknival :

· des teknivals qui ont une zone d’attraction plutôt régionale (comme
Chavannes 2004, comme celui de Rennes, le off des
Transmusicales…)


· des teknivals qui ont une zone d’attraction pour toute la France voire
l’Europe : les « Tekos » du 1er mai, de l’été et de l’automne-hiver.


Depuis 2003, date à laquelle Monsieur Nicolas Sarkozy, alors ministre de
l’Intérieur proposa au collectif des Sound Systems d’officialiser 3 grands teknivals par
an, (que le mouvement techno appelle aussi Sarkovals), la fréquentation fut la
suivante :

· 1er mai 2003 : Base militaire désaffectée de Marigny, 1er open
Festival : 45.000 personnes,


· 1er mai 2004 : 2ème Free Open Festival – Base militaire désaffectée
de Chambley : 90.000 personnes,


· 1er mai 2005 : 3ème teknival – Base militaire désaffectée de Marigny :
entre 40.000 et 55.000 personnes,


· 1er mai 2006 : 4ème teknival – Commune de Chavannes (terres
agricoles en milieu rural) – 82.000 personnes.


Cette simple liste, à la lecture des sites retenus, (3 bases militaires désaffectées
puis 120 hectares cultivés) pose la question « pourquoi Chavannes ? », question que
n’auront de cesse de poser :


1 – les habitants aux élus,
2 – les élus aux services de l’Etat du Cher,
3 – la presse locale aux services de l’Etat du Cher,
4 – les services de l’Etat autour de leur préfet au ministre de l’Intérieur,
5 – les sound systems au ministre,
6 – et même les sound systems entre eux, entre ceux qui étaient favorables ou
résignés et ceux qui étaient farouchement opposés (dont System 18, organisateur des
rassemblements techno du Cher qui commençaient à se structurer).
Alors, pourquoi Chavannes ? Une présentation factuelle est nécessaire car ce
choix modifiera complètement dans le Cher, l’approche du milieu techno.

Quelle est la procédure pour choisir le site d’un teknival ?

Il faut savoir que depuis 2004, le ministère de l’Intérieur demande régulièrement à
tous les départements de recenser « les terrains susceptibles d’accueillir des free
parties ou des teknivals » en privilégiant des « terrains susceptibles d’accueillir les
rassemblements : aérodromes, parcs de stationnement, stades et terrains de sport,
terrains militaires, de ball trap » (télégramme du 24 avril 2004).

En 2006, au mois de février, une procédure nationale de réactualisation classique
des données est lancée par le ministère de l’Intérieur. La commune de Chavannes
ayant accueilli la free party régionale de 2004-2005, le terrain figure déjà sur la liste
élaborée à Paris. Il est simplement demandé aux services de l’Etat du Cher d’envoyer
pour le 10 mars 2008 des fiches réactualisées.
Concernant Chavannes, les données
mentionnent explicitement l’utilisation en 2004 et 2005 du site pour une rave party. La
nature du sol est indiquée « jachère de 50 hectares » donc terres agricoles et la
proximité du village également « le centre de la commune se situe à un kilomètre ».


chavan10.jpg
-

Pour les services de l’Etat du Cher, il ne fait nul doute que la fiche correspond à un
évènement local voire régional, mais nullement national ou européen.

D’autre part, il
venait d’être utilisé 2 années consécutives. Pourtant, un seul élément aurait pu attirer
notre attention concernant la probabilité d’accueillir le teknival du 1er mai : cette date
coïncidait pour la première fois avec la fin du Printemps de Bourges.

Connaissant le milieu techno, je m’étais fait cette remarque un an auparavant lors
de la conférence de presse bilan du festival de Bourges 2005. Les dates venaient d’être
annoncées : « L’année prochaine, le Printemps de Bourges aura lieu
exceptionnellement du 26 avril au 1er mai 2006 ».
Je proposa ensuite à la préfecture du
Cher et à System 18 que si free party régionale il y avait en 2006, de la positionner,
pour une fois, le week-end avant le Printemps de Bourges et non pas en fin de festival.
L’objectif était de ne pas avoir un rassemblement Techno sur la date mythique du 1er
mai, symbole de rencontre nationale ouverte à tous les sons de France, voire d’Europe.

L’association System 18 prépara donc pendant des mois une free party régionale pour
les 22 et 23 avril.
Et puis un jour, de début avril, le directeur de cabinet de la préfecture me contacta
pour m’annoncer que le Cher avait été retenu au niveau national comme département
d’accueil du Teknival du 1er mai et que celui-ci aurait lieu à Chavannes.
Cette présentation chronologique des faits est nécessaire pour comprendre ce que
la suite de l’étude tentera de démontrer :

par sa démesure et son caractère imposé,
le teknival de 2006 mit en péril la démarche de concertation et la dynamique de
médiation entre les acteurs de la techno et les élus locaux.




bandro10.jpg



la construction en 48 heures d’une ville festive



tekniv10.jpg





Dans l’analyse des « rassemblement festifs à caractère musical » définis par le
décret de mai 2002, il faut préciser tout d’abord que les Teknivals officiels ne
correspondent pas à ce texte. Ces « JMJ de la Techno » (Journées Mondiales de la
Jeunesse) ainsi qu’un journaliste qualifia le premier grand teknival, ne nécessitent
aucun dossier de déclaration en préfecture. Ils s’inscrivent dans un esprit d’autogestion
tout en nécessitant une présence de services publics du fait de leur taille devenue
critique : rassembler 20.000, 50.000 ou 82.000 jeunes sur un site, quel qu’en soit le
motif culturel, religieux ou sportif, ne peut se faire sans assurer un accès aux soins, des
services de secours mais aussi des moyens pour garantir la sécurité de chacun.

En cela, les petites free parties correspondent d’avantage à l’esprit du mouvement
techno DIY : Do it yourself (ta culture, ta musique, ta teuf…).

A Chavannes, habitants, services de l’Etat, journalistes mais aussi jeunes du cher
ont vu une ville festive se construire en 48 heures.

images11.jpg

120 hectares avaient été réquisitionnés par l’Etat, procédure qui permettait de
dédommager au moins financièrement les agriculteurs. Lors d’un long entretien réalisé,
pour cette étude, avec Monsieur Claude Kupfer, préfet du Cher, l’un des souvenirs
marquants qu’il me confia après le teknival fut de voir l’émotion des agriculteurs devant
leurs champs de blé transformés en parking
par des engins de la Direction
Départementale de l’Equipement et de l’Agriculture (DDEA).

Monsieur Renaudat, maire de la commune, mais aussi agriculteur prononça alors cette
phrase « Vous savez, Monsieur le Préfet, il y a des dizaines d’années que je travaille
cette terre. »


L’utilisation des terres agricoles fut aussi dénoncée par une grande partie des
teufeurs et des sound systems.


Leur collectif national menaça même de ne pas continuer le schéma d’installation,
de ne plus d’associer à la préparation. Les délais étant finalement très courts (4 jours),
les services de l’Etat décidèrent de commencer les travaux d’aménagement le lundi 24
avril : installation de buses dans les fossés, création de voies d’accès, empierrage de
chemins (qui seront utiles à la commune), traitement des surface (50 hectares de blé et
de colza en pousse à broyer par des entreprises réquisitionnées)
, les postes de secours
à stabiliser, le poste médical, véritable hôpital de campagne à construire sur un terrain
de foot…

lol
chavan10cc233.jpg


Ne pas réaliser, dans les temps ces travaux aurait constitué un risque et mis en
danger les dizaines de milliers de jeunes susceptibles de venir). Le collectif national des
sound systems se rallia à cet état de fait et publia un communiqué la veille du Teknival :
« Vu les efforts de la préfecture, de l’argent dépensé aux frais du contribuable et pour
éviter que ne se déroule un teknival illégal (risque d’émeutes), les médiateurs ont
accepté de se rendre à contrecoeur sur le terrain imposé par le ministère de l’Intérieur
mais sans pouvoir garantir le bon déroulement de l’évènement. »

(Le Berry Républicain du 28 avril 2006)
Les teufeurs arrivèrent donc très rapidement pour 4 jours de fête du jeudi 28 au
lundi 1er mai.
« La ville festive », ainsi que je nomma le site à l’époque se construisit dans les
premières 48 heures.
Les murs d’enceintes s’assemblaient, les rampes d’éclairage surgissaient du sol,
les tentes, les yourtes, les canadiennes, les camping cars, les bus aménagés les plus
improbables (car tchèque transformé) s’agglutinaient autour des axes de circulation que
nous avions imaginés en préfecture, parfois avec la collaboration des médiateurs de
sons, et surtout un flot continu de voitures se mit à déverser la population toute récente
de ce global village techno.

Comme une épine dorsale, la petite départementale D14, large de quelques
mètres seulement, constituait l’axe horizontal de la ville festival. C’était un peu le grand
boulevard sur lequel les jeunes se retrouvaient ou se donnaient rendez-vous (lieu
facilement repérable de jour comme de nuit étant la seule voie goudronnée sous les
pieds)
. De chaque côté de cette route, deux zones différentes : au nord, 45 hectares de
dance floor consacrés aux sound systems et à la fête nocturne et diurne, au sud, 35
hectares d’espace de vie, de camping et de parking avec quelques sons pour ne pas
créer de césure complète
. Cette répartition que nous avions élaborée (médiateur d’Etat
+ collège des services + jeunes) a permis de ne pas engorger le site avec les voitures.
Au total, le teknival s’étira sur plus de 80 hectares dont le pouls résonna pendant 4
jours et 4 nuits
. Bien sûr, l’architecture de cette ville prenait tout son sens la nuit : les
stroboscopes fusaient dans l’obscurité et les innombrables rayons lasers perchés sur
les enceintes balayaient le ciel.

tekniv11.jpg



Aux points cardinaux du site, les services de l’Etat et les pompiers avaient disposé
un poste de secours et un point d’eau. Un chemin avait été aménagé pour relier les 4
angles du teknival tel un périphérique urbain. Cette voie fut réservée constamment à la
noria des véhicules de secours.
Dans cette ville festive où l’on pouvait se perdre sur 80 hectares, les moyens de
repère étaient les décorations des sound systems, les bennes à ordures, les véhicules
et les bus atypiques.

Sandy Quedrus, dans son ouvrage de sociologie intitulé « un maquis techno »
décrivait en 2000 les itinéraires des teufeurs au sein des free parties.
Au sein d’un schéma intitulé « la ronde des itinéraires et des haltes » elle souhaite
« visualiser la ronde dans laquelle sont… entraînés les individus et les multiples unités
de participants ».
« Ce schéma rend compte également de façon synthétique, des points de halte types et
des zones de croisement qui ponctuent l’infinité des itinéraires. »
Sandy Quedrus
Source : « Un maquiq techno » chez IRMA-SETEUN Editions – page 90
A noter, les lieux de (…) décrits ci-dessus ne doivent pas être interprétés comme
des étapes systématiques pour tout teufeur.
Ainsi « la recherche de produits » n’est pas souhaitée par chaque jeune ». Elle peut
être pour d’autres un élément constitutif de la fête
La nature du public fréquentant les teknivals fut d’ailleurs une source
d’interrogations au sein de la population de Chavannes.







Une ville festive oui, mais avec quels habitants ?



sans_t10.jpg





82.000 jeunes ou 82.000 petits diables ?
44800210.jpg

Monsieur Kupfer, préfet du Cher, a tenu à organiser une réunion publique pour
présenter lui-même aux habitants de Chavannes, le dispositif qui allait encadrer le
Teknival.
150 personnes furent présentes ce mardi 26 avril 2006 dans la salle de réunion
communale, en présence bien évidemment de Monsieur Renaudat, maire de
Chavannes.
Le schéma de circulation, le plan du teknival, les actions de prévention et de
sécurité publique furent présentés aux habitants.

Au cours de cette réunion parfois tendue au regard des multiples craintes
exprimées, beaucoup de questions furent posées sur la nature du public, le type de
jeunes fréquentant les teknivals. Allaient-ils commettre des dégradations, être violents ?
Il fut au préalable rappelé par Angel Tapia, directeur départemental de la jeunesse et
des sports du Cher que son service se préoccupait de toutes les jeunesses. Dans mes
missions de médiateur d’Etat, en contact depuis plusieurs années avec le milieu techno,
je pus expliquer que les 60.000 ou 80.000 jeunes attendus n’étaient pas tous des
délinquants, qu’ils ne consommaient pas tous des substances illicites, que leur volonté
était avant tout de faire la fête autrement. Sans nier la difficulté sociale et humaine de
certains, « 80.000 petits diables n’allaient pas débarquer à Chavannes ».

La route d’accès traversant le village, les habitants purent constater tout d’abord
l’incroyable montée en puissance du rassemblement techno. Le teknival commençait le
jeudi 28 avril et les principaux sound systems s’étaient installées la veille, mercredi 27
avril.

Le jeudi, l’installation du site était terminée : les panneaux indicateurs posés tout
au long des routes, les messages lumineux indiqués avant les sorties d’autoroute…
Tout avait été mis en place pour absorber un trafic routier soutenu. Quelques heures
plus tard, la fréquence des arrivées confortait les services de l’Etat dans leur
anticipation d’une fréquentation importante.

Plus de 15.000 véhicules allaient entrer sur le site en 36 heures.
· - 22 h jeudi : déjà plus de 5.000 personnes
· - 10h vendredi : déjà plus de 10.000 personnes
· - 20h vendredi : déjà plus de 20.000 personnes (le double en 10
heures)
· - 23h30 vendredi : déjà plus de 25.000 personnes
· - 1h samedi : 1 heure après 5.000 personnes de plus, soit 30.000
personnes
· - 3h samedi : 35.000 personnes
· - 7h samedi : la barre des 40.000 personnes est franchie
· - 12h samedi : 45.000 personnes, puis de nouveau une forte hausse
· - 16h samedi : 50.000 personnes
· - 18h samedi : 55.000 personnes
· - 20h samedi : 60.000 personnes
· - 21h samedi : 65.000 personnes
· - 23h samedi : 70.000 personnes
· - 01h dimanche : 75.000 personnes


Entre 3h et 5h du matin, le pic de fréquentation sera atteint autour des 80.000
personnes.


Le chiffre officiel retenu sera de 82.000 personnes (estimation entre le nombre de
voitures comptées sur le site et le grand nombre de jeunes arrivant à pied après avoir
fait du stop).


il est aussi intéressant pour ce grand rassemblement de jeunes, d’analyser la zone
d’attractivité du Teknival.

Le quart nord-ouest de la France représente globalement les départements d’où
venait la plupart des teufeurs ou teknivaleurs (cf carte gendarmerie). De nombreux
véhicules immatriculés à l’étranger attestèrent aussi le caractère européen du teknival.
La population jeune au sein d’un teknival se répartit ensuite de la façon suivante :
· - pour les jeunes membres d’un sound system, un demi-cercle de
voitures est réalisé derrière le mur d’enceinte, pare-chocs contre parechocs
(pour des raisons de sécurité), cette structure alvéolaire
représente le lieu de convivialité du groupe, la maison. On n’y rentre
pas impunément, dans mes missions de médiation, je demande
toujours si je peux entrer dans cette zone (comme on signalerait à
l’entrée d’un domicile par simple politesse et par respect).

· - pour les jeunes teufeurs venant entre copains mais sans installer de
sono, l’installation reprend le même principe : regrouper les voitures,
les mettre parfois en cercle, parfois tendre des bâches entre elles
(pour la discrétion, pour se protéger de la pluie),
· - pour ceux venant au sein d’une seule voiture ou avec un seul
camion, l’habitacle devient la « maison ». Pour certains, un petit
camion aménagé est déjà adapté à leurs sorties en teuf ou en tekos, à
une vie en itinérance permanente ou par intermittence (saison des
teufs estivales par exemple dont celle du Printemps de Bourges ouvre
le bal).

index11.jpg

· - pour ceux venant pour la première fois en teknival et souvent en
groupe (étudiants par exemple), les tentes Décathlon peuvent être
installées « le villages Quetchua des techno-touristes » où on vivra
tout simplement l’aventure dans sa voiture, un peu habillés en kaki
pour l’occasion.
Il est à noter qu’une partie du public vient de plus en plus en free party ou teknival
sans avoir prévu ni eau ni couverture ni nourriture
, ce phénomène « Jeunes
insouciants » est aussi constaté sur de grands festivals organisés comme le Printemps
de Bourges.
En teknival, cela remet en cause de surcroît le principe d’autonomie et du Do it
yourself des teufeurs. Ce manque d’initiative peut être mal perçu par des personnes
connaissant bien le mouvement.
Des associations de prévention ont déjà intégré cette problématique du manque
de préparation de la teuf par certains jeunes en mettant des affiches « Tu n’as pas
d’eau, pas de couverture, pas de nourriture, pas de préservatifs ? Que fais-tu ? Rentre
chez ta mère ! ».

Cette diversité des publics accrue par le gigantisme du teknival justifie aussi
l’accompagnement par les services de l’Etat pour parfois prendre en charge un jeune
insouciant un peu dépassé par la réalité des pratique ou pour aider un jeunes ayant
l’expérience de la fête mais dont l’état de santé peut être mis en danger fortement pour
une consommation de produits.


Sur le teknival de Chavannes, les services de l’Etat du Cher ayant déjà
l’expérience de 8 ans de free party ont pu proposer une méthodologie concertée et
depuis partagée avec d’autres départements.

images10.jpg


La mobilisation des services de l’Etat


Etat accompagnateur ou Etat organisateur ?

A chaque Teknival, la question est posée, légitimement peut-être, par les
habitants, les élus et la presse.

Rappelons tout d’abord que les teknivals nationaux sont le fruit d’une négociation
en 2003 entre le ministère de l’Intérieur et le collectif des Sound systems.

L’objectif affiché était d’une part d’assurer la présence de l’Etat auprès des habitants et des
teufeurs et d’autre part, pour les sons, d’avoir au moins 3 teknivals par an.
Lors de l’entretien, accordé pour cette étude, Monsieur Kupfer préfet du Cher m’a
rappelé les motivations de son choix pour engager l’action de ses services
déconcentrés.
« Au-delà des questions matérielles, si l’implication des services de l’Etat et du
SDIS n’avait pas été aussi grande, le coût humain aurait été infiniment plus élevé. Le
responsable du Samu cité lui-même l’exemple dont il est sûr :

sans la présence des
pompiers et des secouristes, 11 vies n’auraient pu être sauvées sur le Teknival »…
« Je pense aussi à toutes les personnes qui ont été admises au poste médical
avancé (289) ou dans les postes de secours (349)…


A mes yeux, la question ne s’est jamais posée ni avant, ni pendant, ni après si la
mobilisation de tous était indispensable. Elle a clairement permis de réduire la facture
humaine, environnementale, matérielle ».
Interrogé sur le large éventail des acteurs concernés : « un teknival mobilise en fait
pratiquement tous les services de l’Etat : la santé, l’équipement, l’agriculture, la sécurité
au sens très large (ordre public mais aussi sanitaire avec l’intervention de la DDSV), la
jeunesse et les sports pour la médiation » sur le teknival comme élément fédérateur des
services de l’Etat.
Accompagner un teknival ne peut être qu’un travail collectif. Les personnels ont
été amenés à s’écouter, à s’épauler, à admettre les contraintes des autres, à ne pas
raisonner de façon cloisonnée. Il y a un élément de cohésion de l’ensemble et en même
temps une préparation de l’ordre de la gestion de crise. Tant que les gens qui l’ont vécu
au sein des services de l’Etat seront présents, les effets perdureront dans la
connaissance des missions de chacun et je le souligne de nouveau dans le fait que
chacun ait été amené à comprendre la contrainte des autres. Un service ne peut réussir
tout seul »… On a aussi réussi à gérer cela dans le calme.

Il faut toujours veiller, quelque soit l’intensité des moments que l’on a à gérer, à
maintenir un climat de sérénité.


chavan11.jpg

Sur le facteur « Temps » : Il faut à la fois avoir du temps pour se préparer et aussi
ne pas en avoir trop (6 mois, 2 mois) car la rapidité de la mise en oeuvre a été un grand
facteur de mobilisation. Devant l’imminence d’un évènement, qui de toute façon va avoir
lieu, la communication doit s’adresser à tous les publics et faire admettre que dans ce
cas « la nécessité fait loi… Nous sommes comptable de la santé et de la sécurité
publique de chacun ».
Source : entretien de mai 2007. Monsieur Claude Kupfer, préfet du Cher/ Eric
Bergeault.

120 hectares réquisitionnés

Pour illustrer le niveau d’implication de l’Etat sur un teknival, il est nécessaire de
lister les moyens engagés. Ainsi sur Chavannes, on a pu dénombrer :


· - 120 hectares réquisitionnés, 84 utilisés,

pompie10.jpg

· - 70 sapeurs pompiers en permanence sur site,
· - 367 personnes reçues au Poste médical avancé,
· - 299 personnes reçues aux postes de secours,
- 42 évacuations vers les hôpitaux,
· - 11 vies sauvées,


images12.jpg


· - 280 gendarmes du Cher présents,
· - 5 unités mobiles soit 75 gendarmes mobiles,
· - 16 équipes cynophiles,
· - 1 détachement aérien avec 2 équipages pour 1 hélicoptère,
· - 40 enquêteurs,
· - 11334 personnes contrôlées
· - 3416 véhicules contrôlés,
· - 78 procédures d’alcoolémie,
· - 693 personnes avec des stupéfiants sur elles,
· - 44 personnes en garde à vue (infraction à la loi sur les stupéfiants,vol
, violences volontaires, fausse monnaie…),
· - 15 comparutions au Tribunal de Grande Instance de Bourges (prison
ferme entre 4 et 18 mois pour 10 personnes),


· - saisie de stupéfiants (très importante grâce à une lutte accrue contre
le trafic et à des arrestations sur site de dealers)


° 8.6 kg de cannabis
° 4.5 kg d’herbe
° 76g d’héroïne
° 1.9 kg de cocaïne
° 109g de crack
° 31 timbres de LSD
° 5.944 cachets d’ecstasy
° 126 champignons hallucinogènes
° 5 amphétamines


° 21.000€ en petites coupures (deal).

· - 15 personnes signalées disparues puis retrouvées,
· - des tentatives d’agression sexuelles (2) sans plainte,
· - 100 personnes de l’association Médecins du Monde pour un espace
de prévention et de réduction des risques,
· - 60 agents de la DDEA pour nettoyer le site,


· - 100 tonnes de détritus ramassés,


· - 1 chien mort écrasé par une voiture, une rumeur s’empara de la
presse nationale que 40 chiens avaient été retrouvés éventrés pour
passer de la drogue (Le Parisien, M6, Canal+ et même la BBC)




Pour quel coût :

billet10.jpg

· 820.000 euros dont :

· 100.000€ d’aménagements divers dont 69.000€ conservés par la
commune,
· 104.000€ d’indemnisations aux agriculteurs,
· 96.300€ pour le SDIS (pompiers),
· 53.000€ de logistique,
· 30.000€ pour les secouristes,
· 24.500€ divers,
+ non facturés :
- moyens humains : gendarmerie, DDSV, DDCC, RF, DDJS, DDASS…
75


...

Malheureusement après la fin du teknival, une jeune femme de 22 ans décéda le
1er mai au soir à l’hôpital de Bourges.


Un jeune homme sous l’emprise de produits blessa deux gendarmes grièvement
avant de retourner contre lui son couteau en tentant de s’égorger.
Le décès de la jeune femme marqua fortement sur un plan humain l’ensemble
des acteurs du teknival.

En conclusion, ce rassemblement gigantesque de Chavannes a provoqué de
réelles tensions dans l’approche du milieu techno dans le Cher mais a soudé un groupe
de services de l’Etat convaincus qu’il fallait poursuivre ce travail de concertation et
revenir à des rassemblements techno moins importants (élus opposés à toute fête
même régionale, habitants de Chavannes marqués par cette démesure, agriculteurs qui
organisent un agrival devant la préfecture).
Ce teknival a failli interrompre le travail de
médiation entrepris avec System 18 puisque leur free party prévue le week-end avant le
teknival fut refusée par la préfecture.

Le vendredi 21 avril au soir, 300 personnes solidaires de System 18 se
regroupèrent sur un parking à proximité immédiate de Bourges. Après 2 heures de
négociations, la préfecture autorisa les sons à retourner sur le site initialement prévu
afin de ne pas risquer l’éclatement du groupe vers des lieux isolés ou dangereux. Leur
soirée initialement intitulée Résistance Electonik devait comprendre 8 sound systems.
Elle n’a réuni finalement que 3.000 personnes mais sans poser aucun problème.






Videos







Source : http://www.injep.fr/IMG/pdf/MEMOIRE_Eri … estifs.pdf

...




Retrouvés  ICI  : http://www.bassexpression.com/viewtopic.php?id=2464
le dossier : Printemps de Bourges : le monde Tekno s' invites aux abords du festival  (1996 /2009)

   1 


sans-t12.png

Module de réponse Facebook
Nous vous conseillons vivement d'utiliser un compte au contenu non sensible. Le forum ne saurait être tenu responsable de la sécurité de vos données lors de l'utilisation de ce module.

Pour rejoindre la communauté dans un environnement sécurisé et profiter des nombreux autres avantages, Inscrivez vous et participer via le forum.

#2 17-06-13 21:50:14

fanch sinatra
Membre +
Inscription : 20-08-12
Messages : 745
Implication :   10 
Site Web

Re : 2006 Big Sarkoval pour le 1er mai

Oh les saisies ! Impressionnant ! (remember la légende urbaine des chiens pitbull "passeurs" éventrés par leurs maitres racailles...).
C est vrai que sur la route il y avait une petite aire de repos transformée en aire de contrôle... Douaniers, clebards et cie, quand ils nous ont détourné pour contrôle, y avait plus de place tellement c était plein de bagnoles et de people, le chien en pleine joie de partout, allez circulez messieurs plus de place pour vous. :-)))
En tout cas un teknival légal que j ai bien apprécié, un site agréable, vert, aéré, vraiment cool. Ça m a vraiment fait plaisir de pas avoir ce sentiment d enfermement même si...
passé mon temps entre ODN que je découvrais avec une sono impressionnante "pour l époque" et KSS bien bien cool.
Déco du son Nawak theme Crados bien mérité mdr
Un bon bon souvenir.

   0 

Mieux vaut mourir que de ne plus vivre

#3 18-06-13 12:42:50

TeKnOZiK
Orange Bud
Lieu : Près de chez vous
Inscription : 08-10-11
Messages : 2 026
Implication :   47 

Re : 2006 Big Sarkoval pour le 1er mai

En effet il n y a jamais eu de chiens éventrés !

il est également a déploré un décès , et non 2 comme l avais laissé entendre TF1 et consorts ,
tout comme pour les chiens d ailleurs !

   0 

sans-t12.png

#4 22-06-13 13:21:45

TeKnOZiK
Orange Bud
Lieu : Près de chez vous
Inscription : 08-10-11
Messages : 2 026
Implication :   47 

Re : 2006 Big Sarkoval pour le 1er mai

Merci HerbAcid pour le puntos smile

   0 

sans-t12.png

#5 22-06-13 18:10:40

HerbAcid
Sound System
Lieu : Centre
Inscription : 17-02-12
Messages : 134
Implication :   

Re : 2006 Big Sarkoval pour le 1er mai

wink De rien, superbe article et vachement complet!

   0 

#6 23-06-13 06:26:36

misterfree
Banni(e)
Lieu : est france
Inscription : 10-12-12
Messages : 963
Implication :   10 

Re : 2006 Big Sarkoval pour le 1er mai

je t'es mis un pouce vert , Top l'article !! merci.

   0 

#7 06-07-13 12:35:38

TeKnOZiK
Orange Bud
Lieu : Près de chez vous
Inscription : 08-10-11
Messages : 2 026
Implication :   47 

Re : 2006 Big Sarkoval pour le 1er mai

THX , content que ça vous ai intéressés !

   0 

sans-t12.png

#8 23-07-13 13:14:26

lapin
Administrateur
Inscription : 11-07-11
Messages : 12 822
Implication :   76 

Re : 2006 Big Sarkoval pour le 1er mai

J'ai enfin eu le temps de lire ce topic jusqu'au bout ...

Merci TeKnOZiK car ce sujet est vraiment très complet et perso je garde un très bon souvenir de ce Teknival d'ailleurs je savait même pas qu'une donzelle été décédée...
Par contre cette fausse rumeur de chiens revient chaque année ou presque désormais même si les médias ne s'en font plus l'écho...

   0 

#9 23-07-13 14:01:40

Fuse
Bass skwatteur
Inscription : 26-01-13
Messages : 283
Implication :   13 

Re : 2006 Big Sarkoval pour le 1er mai

ola Teknozik tu mas fait faire une grand bon en arriere avc ton article que de souvenir pour ce teknival pouah pouah pouah !!!!

Un tekos ou il étais impossible de se perdre des sons dans tous les sens les uns sur les autres !!!!!

L'impression d etres dans une grande aller toute en spirale ne plus savoir ou donner de la tetes.

Dommages qu'a cette époque la je ne savais pas aprécier le bon coté des teuf pas assser profiter du son de la vibes et du reste sniffffff

Nostalgie quand tu nous tiens!!!!!

   0 

#10 19-12-14 15:24:19

L'Entrecote Frites
Bass Explorer
Inscription : 04-12-14
Messages : 23
Implication :   

Re : 2006 Big Sarkoval pour le 1er mai

Vous reprendrez bien une petite série de photos !!! pour la route !!!

8ddeacfdbf57.jpg
4f65ba258f2a.jpg
1fde3b8d0813.jpg
58ac9a312a63.jpg
1bfc022c7f54.jpg
84070fa3855c.jpg
a56835036c33.jpg
9105a9e286b9.jpg
5a5761ac2500.jpg
40d177eb7e18.jpg

   0 

Tout seul, on va plus vite. Ensemble, on va plus loin.

#11 20-12-14 13:20:17

lapin
Administrateur
Inscription : 11-07-11
Messages : 12 822
Implication :   76 

Re : 2006 Big Sarkoval pour le 1er mai

Un grand merci pour les photos, j'ai déplacé celles ci dans le topic qui concernait déjà ce Teknival de Chavanes.

Tu pourra y retrouver un article assez complet ainsi que quelques vidéos.

   0 

#12 20-12-14 13:33:07

L'Entrecote Frites
Bass Explorer
Inscription : 04-12-14
Messages : 23
Implication :   

Re : 2006 Big Sarkoval pour le 1er mai

Merci pour le déplacement Lapin wink

   0 

Tout seul, on va plus vite. Ensemble, on va plus loin.

#13 06-04-18 23:15:32

Doc Hiro
Bass Explorer
Lieu : 67
Inscription : 06-04-18
Messages : 22
Implication :   

Re : 2006 Big Sarkoval pour le 1er mai

nostalgiiiiie...
C'était mon tout premier tekos... je crois qu'on a mis une semaine à s'en remettre, une pure tuerie !
Effectivement on ne savait plus ou donner de la tête, on s'est perdus au moins trois fois tellement les gens arrivaient en masse !
Le premier et le meilleur... si on oublie toute la présence policière mais bon, gérer autant de personnes sans au moins un poste de secours c'est chaud...
Merci pour le report en tout cas, ça nous a rappellé e très bon souvenirs smile

   0 

Plus le voyage sera long, plus beaux seront les souvenirs...

Pied de page des forums

BE 3.0 brought to you by : FluxBB

Legal & DMCA