Ou s'inscrire grâce à votre compte. Se connecter avec Loginza

#1 21-07-17 09:00:12

Manza
Archiviste
Lieu : Orléans
Inscription : 19-07-16
Messages : 49
Implication :   

Part II : 10 ans du Collectif des Insoumis - L'interview

c0dcda2ef7f6.png


//////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////



Partie 2 : 10 ans du Collectif des Insoumis - L'interview



//////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////



1/ Composition du Collectif



Une petite pensée pour les « membres fondateurs du Collectif des INSOUMIS » … Mis à part L'aHP, sont-ils toujours avec vous ? Et si non, êtes-vous toujours en contact avec eux pour partager vos valeurs et votre évolution depuis 10 ans ?

Certains en font toujours partie activement tel que La’HP. D’autres sont toujours là en amont, comme Teufanou et Psykotik. La plupart sont partis vers d’autres horizons et d’autres actions, mais nous sommes toujours en contact avec la plupart et échangeons le plus possible car la majorité se sont éparpillés.

ef6ba4ab8564.jpgf599ede55cf6.jpg
a52adf45967b.jpg2775b5ae641d.jpg




Vous parlez aujourd’hui de 23 Sounds qui composent le Collectif, dont les plus connus sont SA, DFC, RHT, Tekmanta, Résistance Centre, … Pouvez-vous compléter ?

En fait, après vérification et recalcule, nous sommes plus de 23 sounds ! Par contre, tu cites Résistance Centre, ils ne font pas partie du collectif Insoumis puisqu’ils sont déjà un Collectif de Sound Systems. Il faut aussi savoir qu’Insoumis, désigne une façon d’agir, de penser, d’activisme. Dans ce sens oui, ils sont Insoumis, comme bien d’autres en France et en Europe.

a0f645a33746.jpg



Pourriez-vous nous faire une petite piqûre de rappel et nous donner la signification des acronymes de Sounds tels : DFC, RHT, etc... ?

On laisse les gens chercher ! On les a dit parfois, mais il est plus drôle de laisser les gens chercher et imaginer (rires).

d65139245ea9.th.jpg bbda86ed9662.th.jpg 1ec16ee8093c.th.jpg 204adac0e434.th.jpg3bf9e119b629.th.jpg2abe14370393.th.jpg34a847478765.th.jpgba478cb2f1e2.th.jpg0b46fe5f990e.th.jpge6ee0802f5e9.th.jpg890afe71f664.th.jpg91158e57a9c6.th.jpg9fcb5e7eda9f.th.jpg




Les précurseurs de la free des années 90 (Spiral Tribe, Heretik,...) ont-ils été vos « mentors » ?

Il n’y a pas eu réellement de mentors à proprement parler. C’était surtout une envie collective de vouloir créer nos propres Free Parties, avec notre vision de celle-ci et avec nos convictions revendicatives, un « Do It Your Self ». Même si nous étions dans la suite des Spiral Tribe, Heretik, Tnt et bien d’autres, ça a servi de base à ce que nous avons pu créer par la suite. Nous connaissions bien sur les autres Sounds de l’époque, avec qui nous partagions et échangions.



1ae67679619c.th.jpg b01cbb5f13b4.th.jpg 9c85700b155b.th.jpg




2/ Expériences personnelles et votre arrivée dans la teuf



Si vous voulez le bien partager, comment êtes-vous arrivés dans la free ? Votre première teuf et ses anecdotes ??

Renard La’HP :

« Vers mes 12 ans (1987), une cousine inspirée m’a initié aux Béruriers Noirs en colonie de vacances et je suis devenu punk sans même savoir ce que ça voulait dire. Quand j’ai pris conscience de ce que ça représentait, le mouvement était sur son déclin… Étant musicien, j’ai pris une orientation métal (death, thrash etc..), mais cela n’a pas satisfait mon envie d’engagement militant…Quand en 1997 j’ai entendu parler de ces « free party » illégales avec cette idée de « zone d’autonomie temporaire », je me suis senti tout de suite à l’aise, comme à la maison, et cette passion ne m’a pas quitté aujourd’hui. »


Jokoss Peufratek/1kulpé :

« Aux alentours de mes 17 ans en 2005, j’habitais un petit village où il y avait un spot qui était souvent utilisé par les PH-4, Nawak etc... J’ai entendu la musique de loin et on a suivi avec des potes. On s’est retrouvés en plein milieu d’une free. Je suis resté un petit moment dans le milieu, puis je suis resté 4 ans sans y aller. Mon retour se fera en 2012. En 2014, j’intègre le Sound System « Les Zingués » jusqu’en 2015, une expérience courte due à des mésententes… J’ai rejoint après ça les Peufratek et 1kulpé où je fais mon chemin depuis. »


Rouqin Beausniaq :

« C’était en 2008. Plusieurs personnes autour de moi écoutaient de la tekno. J’aimais bien le style, alors on m’a proposé de m’y emmener. Arrivé sur place, j’ai découvert que le Sound System était composé de plusieurs copains du collège que j’avais perdu de vue depuis des années. Coup de foudre immédiat ! J’étais tombé en panne d’essence dans le bled juste avant la teuf, on n’avait pas l’infoline parce qu’on était entre p’tits jeunes, alors on a suivi le son à pied. Il faisait -5 degrés et on a marché pendant 6h, la nuit entière, pour retourner à la voiture (tombée en panne en face d’une station ouverte le dimanche matin, j’ai eu un peu de chance quand même ^^) »

60029102e42f.th.jpg035bd031165d.th.jpgfff69d17689c.th.jpgac7eebf42824.th.jpg



Ben La’HP :

« Il y avait un vieux dans une soirée et il m’a emmené là-bas pour pervertir mon innocente jeunesse ! »


Viking RHT :

« Ha haha la bonne question !! Assez jeune vers 2001, j’avais alors 11 ans, j’ai eu la chance de découvrir le milieu punk, via les Béru, Ludwig Von 88, Sex Pistols et tant d’autres, que me faisaient découvrir les grands frères d’amis. Le coté revendicatif me plaisait déjà beaucoup. Puis un jour, toujours en 2001, alors que je dormais chez un ami et que le grand frère nous gardait, on a entendu de la musique, le grand frère connaissait déjà le milieu free. Et là, à juste 2km, une free, les parents n’étant pas là, ni une ni deux nous voilà partis à pied pour la free. Découverte de la tekno, de ce milieu, comme disait Renard, je me suis senti chez moi de suite. Puis avec le temps, au fil des années, j’en ai fait une, puis deux, puis un Teknival en 2003, mon premier, puis en a découlé tout ce que je suis aujourd’hui, des rencontres, des partages, de la musique et des voyages, mais surtout des revendications. »


Panpan RHT :
« C’était en 2006. A l’époque je traînais avec des « punk à chiens » de Châtelet (Paris) après mes cours. J’avais déjà écouté quelques morceaux de hardtek…. J’aimais beaucoup, mais je connaissais très mal cet univers. Un jour, on m’a proposé de bouger en free et j’ai suivi. Nous avons pris le train jusque dans l’Yonne, puis marché 5h. Mais c’était beaucoup trop loin, nous avons dormi quelques heures dans un champ et sommes repartis dans l’autre sens… La fois d’après était la bonne. Ce fut la révélation ! Et ensuite tout s’est enchaîné très vite. »

9b67f048e087.th.jpgf203a1e52677.th.jpg229cd3bf0f67.th.jpg6df1a83e245d.th.jpg


Doudou Passtek :

« Ha haha ça me rappelle la mienne. J’avais pris le train pour Montereau, mais finalement le terminus fut Fontainebleau. Du coup, j’ai fait la suite à pied, mais la teuf était hyper loin… un teuffeur nous prenant en stop nous dit qu’elle s’est fait péter…et le mec se gare…. Et s’endort à la gare de Nemours (!!!!!) On a tous dormi sur le parking…. Pour se faire réveiller par des keufs. La seconde fois des potes avaient l’info et on avait une voiture. On a suivi l’info, une fois sur place un joli spot en forêt vide… Bon bah on a fait feu de camp et profité du lieu. »


Joyce DFC :

« Alors j'ai découvert la free pour la première fois en 2004. Un pote y bougeait régulièrement avec son grand frère et ils m'ont emmené pour ma première teuf sous un pont en hiver. J'avoue que j'ai pas du tout accroché la musique, mais pour moi l'ambiance et le côté libre était une révélation. S'en est donc suivi des multitudes de week-ends à aller festoyer avec les copains, tout en ne restant pas trop près des enceintes. Petit à petit, certains styles de musique m'attiraient (essentiellement la Tribe), mais les fêtes auxquelles je participais ne passaient pas vraiment ce genre de musique : c'était plutôt hardcore… Du coup, très vite avec un pote, on s’est décidé à acheter nos premiers caissons pour « essayer » de faire nos propres fêtes ».


Ind La’HP :

« Alors pour ma part, je suis arrivé en free par la Drum'N Bass. Je voulais sortir des clubs parisiens enfermés, et un jour on m'a parlé de ces évènements. Ça m'a attiré… et j'y suis allé avec ma petite amie de l'époque. Étant jongleur, j'ai rapidement rejoint « Nostra Scein » qui faisait des spectacles de jongle enflammée en free, de là ça a commencé à s'enchainer. »

b79c0e401a4f.th.jpg35e969d28c01.th.jpgeaa540a76830.th.jpgb92f105e3aca.th.jpg



Enimatek Mateknik/DFC/RHT :

« Alors j’ai découvert le milieu de la free party en 2001. Des copines à moi qui connaissaient ce milieu, nous en parlaient en nous disant qu’elles nous y emmèneraient un jour. Et v’là qu’elles débarquent chez moi un samedi soir !!! On buvait l’apéro avec des amies et elles nous proposent de partir à l’aventure avec elles !! Partant du 91, nous v’là à Fontainebleau pour rejoindre un convoi. Ensuite on a roulé pour en rejoindre un autre pour qu’au bout d’une heure j’aperçoive des lumières et fasse : « putain !!! il doit y avoir une soirée là-haut !!!! ». Et c’était ce « fucking Teknival de Marigny » ! Nous nous sommes garés à l’arrache dans un champ. Je comprenais rien, je ne connaissais rien à ce milieu, cette culture, cette musique…. J’étais dans un plein délire, je me demandais « mais c’est quoi ce bordel ??? ». La soirée était tellement énorme, j’étais dépassé par les évènements. Mur de son de malade, poids lourd de ouf, des gens avec des styles que tu croises pas forcément tous les jours, des lumières de fou, déco de fou, et oreilles qui étaient en train de découvrir une musique que je n’avais jamais entendu : tekno hardtek, hardcore, D&B ? Des DJ et des machines de ouf pour faire des live ! Vraiment un régal ! Mais la soirée est passée trop vite, c’était vraiment trop énorme et gros pour un amateur comme moi qui découvrait. On est arrivé à la soirée à 12 et on est reparti à 2 le lendemain ! À pieds ! Et j’avais tellement adoré ma soirée que j’y suis retourné le lundi soir !! Et là, la soirée avait complètement changé car il y avait beaucoup moins de monde. J’ai eu plus le temps de me rapprocher et découvrir la musique, car le premier soir j’étais pas prêt du tout !!!! haha haha !!! Et là, on m’a filé des flys…. (Vous savez ? Ces bouts de papiers qu’on donnait avant qu’il y ait internet…), et à partir de là, je suis rentré dans ce milieu qui avait beaucoup de côtés revendicatifs, un côté Old School Undergroud, anarchiste et humain.  Je me suis vraiment senti à ma place en rencontrant des gens qui étaient, et sont encore aujourd’hui, comme moi, avec les mêmes idées, le même combat, la même humanité et le même plaisir d’être là, pour se laissez vivre sans idéologie de merde !!! Au bout de 2 ans de fête, en 2003, j’ai commencé à poser des Sounds System avec « Mange Kore ». C’étaient des keupons déjantés, avec un esprit que j’appréciais. Je me suis donné comme blaze de dj « Mateknik » et avec mon frère on a créé le groupe « Enimatek ». Mais on était avec « Mange Kore », c’était la famille ! Aujourd’hui, je suis très content de mon évolution grâce à ce milieu… J’attends 2023 pour fêter mes 20 ans de free party !!! Et ensuite, je compte arrêtez !! Non je déconne !!! Ça fait 10 ans que j’ai dit que c’est la dernière, c’est la dernière !!! LOL !! Vivons !!! Ravons !! »




3/ Le Collectif des Insoumis.... tout le staff derrière les façades :



Les Insoumis ne sont pas que des « DJ / Livers », mais une centaine d’autres types d’artistes, n’est-ce pas ?

Avec tous les Sound Systems réunis et actifs, on rassemble plus d’une cinquantaine de personnes : du dj au lighteux, en passant par l’électricien, la gestion des équipes dona et parking… Avec les amis qui viennent régulièrement aider, on arrive autour des 80 personnes.
Dans la réalité personne n’est attitrée à une tâche, les « DJ/Livers » sont les mêmes personnes que celles qui créent les décors, la coordination, les flyers etc…


Justement ! Présentez-nous l’équipe qui s'occupe des Fly, crée les graphismes et le texte qui va avec ?

Pour les flyers c’est pareil : plusieurs personnes du Collectif savent en réaliser et d’une idée commune, on développe le sujet. A force de discussions et de débats, on arrive à une finalité intéressante, qui nous plait et qui l’on espère, plait aux autres aussi.

43c9cc2a18c3.th.jpg9d3c76cbf40b.th.jpgd1832a076bad.th.jpgaa66dab615c8.th.jpg420281c895fa.th.jpg0c368e8c762b.th.jpgd69e75c1bdeb.th.jpg09a9982592b0.th.jpg2a341f862f0e.th.jpg2691676c5535.th.jpg536cc5cc33a6.th.jpg9dba30ff85a6.th.jpg



Cette même équipe est-elle en charge des infolines, la rédaction des messages pour les SMS ?

De même pour cette partie, on est plusieurs à les créer : on fait des premières versions, puis d’autres, jusqu’à arriver au final où tout le Collectif est d’accord. Le but est que l’on s’y retrouve tous.

Est-ce toujours les mêmes personnes en charge de telle ou telle mission ? Chacun a-t-il son rôle bien défini ou cela change selon l'évènement ? (Par ex : on voit souvent Bab et Viking en charge de la Com aux médias et à la sécurité...est-ce à chaque fois le cas ?)

Non, il n’y a pas de rôle proprement définit, cela dépend de la disponibilité de chacun lors des demandes, et de l’envie. Certains n’aiment pas parler devant des caméras ou ne veulent pas se montrer. Du coup, cela dépend surtout du moment. Je pense que la force de notre Collectif est de mettre en commun et de valoriser les points forts de chaque membre. On essaye d’être en adéquation avec les talents et compétences de chacun, donc forcément tu retrouves souvent certaines personnes sur les mêmes missions puisque c’est ce qui leur plait et ce dans quoi elles sont douées.

b5fce5ae945c.th.jpg10998c1f5b90.th.jpg 085978ab7559.th.jpgadab73e01f1b.th.jpgab11131138f0.th.jpg0515336dd62f.th.jpg79a529429c46.th.jpg958b684e4b3e.th.jpge7819db458c9.th.jpg8819bf38eca4.th.jpgaca8f559cd81.th.jpg



Un lien fort semble s’être établi avec Techno Plus et leur présence à vos côtés, n’est-ce-pas ?

Ha haha, avec Techno Plus c’est une grande histoire d’amour qui dure depuis bien des années !! On travaille ensemble depuis longtemps, car la réduction des risques est pour nous un des points les plus important d’une soirée, avec le bon déroulement de l’évènement et la propreté du site choisi.

Au fil des années, un lien réel s’est créé entre nous, en travaillant ensemble sur différentes actions, manif et free … D’ailleurs, certains font partis à la fois du collectif et de l’association. On peut dire que sans eux, nous ne serions pas ce que nous sommes actuellement. On fait appel à eux le plus souvent possible, en fonction bien sûr de leurs possibilités / disponibilités. Grâce à eux et la Formason, nous avons appris à intervenir le mieux possible, ce qui nous permet aujourd’hui de pouvoir assurer une sécurité sanitaire, en cas d’indisponibilité de leur part.

c6d557fac2c4.jpg6a783d404924.jpg



Nous les soutenons également dans leur combat quotidien pour la réduction des risques avec le « Suport, Don ’t punish ». D’ailleurs, nous avons marqué le coup en organisant la Insouzik 2016 pour fêter dignement leurs 20 ans d’actions.
C’est d’ailleurs un soutien mutuel depuis le début car Techno +, en tant qu’association de « santé communautaire », a été fondée par des gens qui font partie de la communauté tekno et la majeure partie de ses volontaires, qui en assure encore le fonctionnement, sont issus de ce milieu.
Techno + et les teufs étant intrinsèquement liés, cela permet une cohésion solide entre nous. Et nous profitons de l’occasion pour les remercier encore une fois : « T+ merci à vous de nous supporter d’années en années et pendant encore longtemps ».



4/ Charte des Insoumis



La Charte que nous lisons en tant que publication ancrée sur la page FB, est-elle propre aux Insoumis ?

Cette charte nous est propre car nous la revendiquons publiquement et sommes à la base de sa diffusion. Mais nous ne sommes pas les seuls à suivre ces idées. Il faut savoir que le surnom des Insoumis est déjà donné par les participants pour désigner les Sound Systems qui posent aux premiers évènements réalisés de 2006 à 2007/2008. Et en 2009, l’idée de s’organiser en collectif affinitaire défendant le concept d’Autonomie Festive, le Collectif prend alors le nom de FAT-BASS, Free Autonomous TeKno – Branleurs Autogérés Subversifs et Solidaires et la Chartre et le Manifeste sont rédigés.


4f1ec23b215d.th.jpg7467b09c9519.th.jpg




5/ Modes de communication



Jusqu’à pas si longtemps, vous n’aviez que le groupe fermé sur FB. Depuis moins d’1 an a été créée la page FB « Collectif des Insoumis » … A l’ère des réseaux sociaux, là où vos collègues des autres régions semblaient plus « actifs », pensez-vous que vous n’avez pas eu le choix que de vous y mettre aussi ? Ou, est-ce juste une volonté de votre part pour partager d’autant plus vos valeurs, vos actions, la montée en puissance du mouvement et du Collectif des Insoumis ? et bien sûr pour le partage de toutes les photos et vidéos de soirées ?

Ce n’était pas un choix. On a tous ou presque nos pages de Sounds qui sont pour la majorité actives depuis plusieurs années déjà, certaines plus que d’autres. De plus, comme tu dis, on avait le groupe fermé qui existait déjà. Mais depuis Facebook a évolué et avec leur nouveau système de page la logistique de gestion était plus simple et plus efficace. Du coup, nous en avons recréé une. On n’a pas vraiment suivi tout le monde, on a juste essayé d’exploiter ces nouveaux réseaux sociaux qui permettent un partage plus important. Avant cela nous utilisions des blogs et forums, mais avec le temps ils se sont avérés caducs et moins intéressants pour la diffusion.

Comme tu le dis encore, pour le partage de photos, de vidéos, d’avis et de débats, c’est toujours intéressant et utile de pouvoir utiliser ces plateformes de partage. Et puis, ça permet de montrer nos points de vue et nos valeurs. Tout n’est pas forcement bon dans Facebook, mais certains aspects bien utilisés sont intéressants.


Avant la création de la page publique sur FB, la  communication semblait essentiellement gérée par SA via sa propre page FB… peut-on dire que SA est le Sound le plus actif du collectif ?

Oh non ! On a tous toujours partagé via nos différentes pages, certains peut être plus que d’autres ha haha !!! L’ensemble des Sounds du collectif sont tous très impliqués.


Avec la diffusion quasi systématique des vidéos / reportages de Peter McAllister, à l’heure où la répression est de plus en plus sévère, est-ce une volonté de partager / communiquer plus quant à l’autogestion de vos soirées ?

Oui, avec tout ce qu’il se passe actuellement en France, il est très important de s’informer, partager. Prévenir ne nuit pas à la santé. Là est l’intérêt des réseaux sociaux bien utilisés. Vu les violences subies dernièrement, les nombreuses saisies… pouvoir le diffuser permet l’approfondissement de ces connaissances. De plus, ça permet de montrer les bons côtés de notre mouvement et casser les différents mythes créés par les médias depuis tant d’années. Enfin, nous diffusons nos valeurs et revendications, ce qui peut être permet à d’autres Sounds d’envisager la même chose et de nous rejoindre.










En mars dernier, quelques jours avant la Manifestive, vous avez réalisé une interview sur Radio Libertaire où vous aviez évoqué la sortie d’un Vinyle… Qu’en est-il ?

On a pris un peu de retard suite aux nombreux évènements du début d’année. Du coup, ça ne sera pas un vinyle, mais deux, avec huit artistes des Insoumis, avec des tracks revendicatives de différents styles. Le mastering des tracks vient de finir, nous finissons les macarons et envoyons pour faire pressé. Du coup, grosse surprise prévue dans l’année !

9a1830dd2173.jpg






6/ Thèmes des soirées



Lors de l’organisation de vos plus gros évènements … d’où vous vient l’inspiration du thème (Dernier Voyage sur Mars, Planète Toutenkaissons) ?

Pour ce qui est des thèmes, ça vient de délires entre nous, de discussions, on se prend la tête pour faire la déco, pour ce qui est de trouver des idées !!! Ça fuse dans tous les sens !! On en parle entre nous plusieurs mois à l’avance et on met tous les moyens nécessaires en place pour y arriver.


Selon le thème de l’évènement, comment gérez-vous tous les décors sur les façades et leurs alentours ? On imagine très bien que cela
représente des semaines (mois ?) de boulot… Racontez-nous tout le taf qu'il y a derrière....


On en parle effectivement dès que l’idée et le thème de la soirée sont décidés. Une fois, le choix du matériel mis en place et la disposition de la façade, on commence à choisir les grosses parties de déco que l’on va créer, telles que l’Anubis pour la Planète Toutenkaissons. On définit les mesures exactes, les moyens que l’on va mettre en place pour tout faire tenir debout, échafaudages, pieds de levage etc… Du coup cela fait beaucoup de calcules et de mesures pour tomber le plus juste possible et faire coïncider le tout avec les jeux de lumière mis en place. Cela prend pas mal de temps, sans oublier la logistique en plus pour le transport et la mise en place sur le spot choisi.


28ac494c6fba.th.jpg5d42dc88c3a2.th.jpg 9347c5b29122.th.jpg 90a8a3a9c146.th.jpg 202430e667fe.th.jpg




En plus de la façade, comment gérez-vous les stands ? Avez-vous d’autres stands de type bouffe qui sont gérés par les Membres et/ou amis du Collectif ?

Pour les stands, en fonction des événements et si nous sommes assez nombreux pour le tenir, nous essayons d’en mettre un en place par nous-même, mais avec toute la gestion à côté, ce n’est jamais ce qu’il y a de plus simple. Nous avons quand même des amis qui nous proposent d’eux-mêmes. De plus, nous essayons de mettre en place des prix raisonnables qui convienne à tout le monde, comme pour le stand pizza a la Toutenkaissons par exemple. Nous ne sommes pas non plus là pour racketter les gens avec des prix trop élevés.

0e11114c6ffb.jpg



Nous avons également des personnes extérieures qui font la demande…et en fonction des prix et du côté sanitaire, nous leur permettons de se joindre à l’évènement. Mais nous essayons toujours de connaitre ces personnes et qu’elles soient en accord avec nos valeurs et idéaux.

769a230de78a.th.jpgdec3a6387ad6.th.jpg




A ma connaissance, vous organisez 1 soirée / mois et généralement une multi / 48h…  Soit je me trompe et vous organisez quelques petites soirées en plus (légales) ? Soit, question de temps / organisation / moyens et dispo de chacun et vous ne pouvez faire autrement ? Soit ceci est une « stratégie » de votre part pour que votre autogestion ait plus d’impact sur un évènement rassemblant jusqu’à 4000 personnes ?
Les 3 à la fois ??


Bien sûr que les soirées à 4000 personnes ont un impact plus fort, que ce soit en matière de rapport de force avec les autorités ou de diffusion de nos valeurs !
Effectivement en fonction des périodes de l’année, on arrive à mettre en place une « grosse » soirée par mois. Mais à côté de ça, on organise d’autres soirées plus modestes d’autres weekends. Lors de ces soirées, nous posons chacun sous nos noms de Sounds et non plus sous le nom du Collectif, même si dernièrement on a eu tendance à se focaliser sur le Collectif.

Les gros évènements représentent beaucoup de travail de préparation et donc de fatigue. Réussir à se retrouver sur des évènements plus petits, et en comité plus réduit, est aussi notre façon de se faire plaisir, parfois sur un simple coup de tête 2 jours avant, car on veut poser avec tel ou tel autre Sound, ou ailleurs en France. On y va, surtout aux grés de nos envies et de ce que l’on souhaite faire et mettre en place. Par contre nous n’organisons pas de légale, toutes nos soirées sont illégales et revendicatives.


On vient de terminer le 1er semestre 2017… Que nous préparez-vous pour le 2ème ??

Ha haha encore plus de musique, de grosses soirées comme des plus petites, des revendications et on l’espère plein de surprises et de nouvelles rencontres !!! En gros toujours autant de bordel !!!



5bbb79382068.jpg



Partie 3 : Bilan sur 10 ans d’existence



1/ Anniversaire des 10 ans du Collectif en 2017 !



10 ans de revendications / actions..... Quels moments forts retenez-vous, tant en positif que négatif ?

Viking RHT :

« Pour moi, je dirais la Ravol’t au nouvel an 2010 qui a réuni plus de 5000 personnes aux portes de Paris et la répression qu’on a subi sur l’évènement avec tout son arsenal militaire et judiciaire. Un énorme déploiement de force, de violence et d’abus de pouvoir saupoudré de stupidité. En plus des dizaines de blessés, suite à des heures d’affrontements intenses, deux copains ont été arrêtés les jours suivants et jugés. Ils ont écopé de notre plus grosse amende qui est l’une des plus grosses pour le mouvement, en s’élevant à 320 000€. Mais ça a aussi marqué pour moi, mon entrée chez les Insoumis, qui m’a motivé encore plus dans mes revendications, mes valeurs, mes objectifs et ma passion. »


cfd4ec058ec3.jpg


Jokoss Peufratek/1kulpé :

« Moi je dirais notre saisie Peufratek-Electrocution qui aura duré 15 mois avant restitution. En ce qui concerne le moment fort, je dirais que j’en ai à chaque fois que je vois la solidarité qu’il y a au sein de notre Collectif. »


Renard La’HP :

« Bien-sûr je pense aussi à la Ravol’t du premier de l’an 2011, qui a coûté à deux membres du Collectif de ne plus jamais avoir de vie normale : condamné à payer 200.000 € par le tribunal, ils n’auront pas la possibilité de réunir une telle somme et devront vivre dans l’insolvabilité constante.
Mais il y a des évènements plus joyeux, la première reprise de la Free Parade à Paris & Vienne (AT) en Juin 2008 – où l’on était 800 personnes seulement pour la France mais dans une ambiance de folie, ou encore un  fameux blocage de périphérique en 2015

d18beb1e69c6.th.jpg


Aujourd’hui vient s’ajouter à cette liste le Teknival du 1er mai 2017, qui on l’espère, marque le renouveau d’une cohésion nationale et européenne. »


3c7845e991aa.jpg




Panpan RHT :

« Je retiens surtout une mobilisation dans les moments forts, les moments difficiles ou cruciaux, où il faut agir vite et efficacement, que ce soit lors du lancement/montage d'une soirée, un soucis sanitaire ou face aux forces de l'ordre. Dans ces moment-là, il y a une réelle énergie intense et partagée entre tous, beaucoup d'adrénaline, de surpassement de soi même lorsque nous sommes très fatigués. C'est un ressenti très particulier et très fort, et qui nous a permis de faire face à beaucoup de choses. Je pense à un certain nombre de soirées qui ont mal démarré, ou qui n'ont failli jamais démarrer pour diverses raisons, et qui ont été une réussite grâce à un bel effort commun. »


Ind La’HP :

« Clairement, le premier Teknival qui acta la naissance du Collectif, bien qu'il découlait de la rencontre de plusieurs autres initiatives locales auparavant come la « FAT-BASS » etc., mais le Teknival des éoliennes en 2007 a vraiment marqué quelque chose, avec la mobilisation du publique entier face aux policiers et gendarmes pour faire entrer des camions qu'ils tentaient d'empêcher d'accéder au site. Les Free Parades étaient aussi très symboliques...de là, après à en citer une spécifique, je ne saurais trop dire, mais des points forts, il y en a eu tellement... les points négatifs bien sur la perte de membres du Collectif, c'est toujours difficile, et également des moments de grande répression, il y a quelques années ou les saisies étaient vraiment constantes… ça nous a demandé beaucoup de réflexions et réunions pour en parler, décider de l'attitude à adopter... Point noir aussi évidemment le nouvel an de 2009/2010 je crois, j’ai un doute sur l'année, ou on a été chassé comme des souris par les policier dans d'anciennes carrières de l'OTAN… Un des pires moments... »

6d22ed43da84.jpg



Enimatek Mateknik/DFC/RHT :

« Je vois l’évolution et les démarches accomplies et je vois que l’on arrive vraiment à se faire entendre et bouger les choses, et là je vois qu’ils s’intéressent de plus en plus à nous, sans pour autant que l’on soit une menace pour eux. Car ils savent que nous ne sommes pas non plus des terroristes ! Mais des gens qui veulent faire des fêtes libres. Et vraiment beaucoup de partage et d’émotion. Alors que la répression frappe tout le temps, jamais on lâchera, c’est ce que l’Etat n’a pas compris ! »


Joyce Smk DFC :

« Le moment le plus fort en revendication / action ? Je dirais la fois où l’on sait fait saisir le 12.02.11 et qu'on a passé tous les soirs suivants, après le boulot à re-fabriquer du caisson pour continuer à faire notre passion et que 3 semaines après la saisie on refaisait la fête avec deux fois plus de motivation !!! »

246e29e139c7.jpg



10 ans de free / multison / teknival... Quels évènements forts vous ont marqué ?

Viking RHT :

« Ouhaaa tellement en tant d’années, les moments d’unités constant que l’on a entre nous, que ce soit en soirée, lors de saisie, ou dans la vie de tous les jours ! On est une grande famille, comme dans toutes les familles, il y a des hauts et des bas, mais on a réellement réussi à créer un lien qui nous unira toute notre vie et cela grâce à tout ce que l’on a vécu ensemble. On vit de bons moments tous ensemble de rencontres, comme de perte, car la vie est ainsi faite. Tout cela nous a soudés. Dernièrement je dirais
le Nouvel An, la Hangarsmik, 3, la Planète Toutenkaissons, le Teknival et nos 10 ans, haha. Chaque évènement a son importance, sa dose d’émotion, d’effort, de réussite et d’échec, c’est à chaque fois une nouvelle expérience »




Jokoss Peufratek/1kulpé :

« Tout comme Viking ! » (Rires)


Renard La’HP :

« Je pourrais citer quelques moments forts, mais en y réfléchissant, il y en a trop. C’est sur la longueur, la présence récurrente de personnes que tu aimes et respectes, les évènements qui s’enchainent et qui ne perdent pas leur saveur – c’est tout le processus qui m’a marqué ! »


Panpan RHT :

« Tout d'abord les Multisons organisées au printemps, en juin et à l'automne, à partir de 2009 si je me souviens bien. C'était des événements marquants pour moi (en tant que public à l'époque) et très éclectiques (qui ont vu parfois jusqu'à 19 façades). C'était d'autant plus fort que l’IDF n'avait pas ou plus forcément l'habitude de rassemblements de cette taille. Ensuite, je pense bien sûr aux 2 derniers Teknivals illégaux, qui ont prouvé que la tekno et ses revendications n'étaient pas mortes, et qu'il fallait compter sur nous et arrêter de nous prendre pour des cons. "Et puis un coup de cœur tout particulier pour la Planète Toutenkaissons, sur laquelle je me suis vraiment épanoui, à travailler pendant des mois, pour finir en famille sur un nuage, avec des étoiles plein les yeux."  »

87fed087fa72.jpg



Ind La’HP :

« Clairement, le Teknival des éoliennes, celui de l'année suivante aussi, en Ardèche, était particulier... des Multisons !! Il y en a eu tellement qui étaient géniales... que ça soit sous la bannière Insoumis ou des réunions des sons qui font partis du Collectif, elles étaient toutes différentes et avaient une saveur particulière, et vu que nous sommes une grande famille, on se retrouvait toujours tous ensemble à fêter tel ou tel évènement. Pour moi, les 10 ans des DFC étaient très particuliers aussi, et bien que ça ait été leurs dix ans et pas forcément une teuf Insoumis en tant que telle, pour moi elle réunissait toute la famille et marquait une sorte d'instantané, on se retrouvait à réaliser que dix ans étaient passés, c'était vraiment émouvant.


Mais bien d'autres ont été particulière, les Insouzik aussi ont toujours été géniales à mon sens. Les Hangarsmiques, j'en ai raté plein mais elles étaient aussi très intenses, car elles gardaient intrinsèquement le coté underground, hangar, désaffecté, de la free. Et bien que je n'y ai pas été, les Mars Ça Tape aussi ont toujours eu des retours assez terribles niveau ambiance, avec la présence à la fois de sons plus durs, et de sons plus tranquilles comme les Mobil’Dick, générant deux ambiances différentes et donc autant de variété sonore. »


Enimatek Mateknik/DFC/RHT :

« Difficile à dire, car vraiment chaque soirée est différente et on ne les vit pas pareil, mais que cela soit une Free ou Multi ou un Teknival, je dirais que
j’apprécie beaucoup plus les Multi et les Free qui sont plus faciles à gérer pour nous en tant qu’orga et beaucoup plus appréciée pour nous. J’ai vécu plus d’émotions dans des free party que nous avons organisé comme les 10 ans de DFC où j’ai vraiment était fier de mon pote que j’ai vu évoluer dans ce milieu ! Celle-ci m’a marqué, mais après il y en a vraiment beaucoup d’autres ! Mais vraiment tellement !! Que je sais même plus, mais comme ça, ouais !  Les 10 ans de DFC entre rêve et réalité et la musique, l’installation au top et tellement d’émotion que j’avais cet incroyable ressentit de bien-être. »


Joyce Smk DFC :

« Compliqué de dire quelle fête aura été la plus marquante par apport à une autre. Pour moi chaque fête qu'on a faite reste gravée comme des moments marquants. A chaque fin de teuf je me dis « waouh celle-là on va s'en souvenir !!! » »


10 ans à l’étranger.... Racontez-nous vos expériences en free au-delà de nos frontières ? avec, si possible,  un petit comparatif par rapport à la France ?


Viking RHT :

« Haha !!! L’étranger, j’ai eu la chance d’aller pas mal de fois voir ce qu’il se passe en Europe de l’Est, j’y vais depuis notre premier voyage en juillet/aout 2011 pour poser au Teknival de Slovaquie et de Roumanie. Une grande découverte et de très bons moments. Puis j’y suis retourné pour le 1er mai 2012, puis tous les étés depuis, mise à part en 2014. De grosses rencontres, de grosses façades comme des petites. La route, les amis, les visites, la tekno. Après niveau policier en fonction des pays c’est très différent, en Tchéquie la police est pas toujours sympa et il y a déjà eu quelques échauffourées. En Slovaquie plutôt agréable et sans problème !

f2656bd326cf.th.jpg1ffea4cd210d.th.jpg55b11535907d.th.jpg91e12baaf238.th.jpg
df26f6d6a2d1.jpg



En Roumanie jamais eu de réel problème aussi, la population est vraiment sympa. En Bulgarie, la première année où j’y suis allé, ça a été un peu chaud au début mais l’année suivante s’est très bien passée. Dans chaque pays les lois sont différentes, il faut arriver à jongler avec chacune et montrer ce que l’on sait faire et souvent tout se passe au mieux. En Roumanie, c’est un peu comme si Johnny faisait un concert en cambrousse en Alsace ou dans n’importe quel petit village de France, c’est impressionnant, perdu dans les montagnes loin de tout. Certains n’avaient même jamais vu d’aussi gros camions ou des étrangers et encore moins un Teknival. On a même eu une année une banderole « Welcome Teknival Roumania », c’est impressionnant. Il faut le vivre pour le comprendre.


d0729431f0e9.th.jpg90bb942cac18.th.jpg12a9b26d5f8f.th.jpgcc5a5a1449d3.th.jpg



Comme au Maroc où la population est vachement accueillante et où les soirées qu’on a pu faire étaient un réel plaisir de partage et de rencontres et ou perdu entre deux palmiers tu arrives à mettre des caissons, ou au bord d’un lac en plein désert non loin de Ouarzazate.

03541189b51b.jpg



Renard La’HP :

« J’ai eu la chance de vivre en Autriche, puis un peu en Allemagne lors des « Années Fondatrices » - (2003/2008), et nous avons eu pas mal de contacts là-bas. C’est d’ailleurs à Vienne que la Free Parade a continué après 2006 ! En 2008, 2009 et 2010 nous avons d’ailleurs fait « cause commune » puisque la Free Parade se déroulait simultanément le même jour à Paris et Vienne. Aujourd’hui, on a plus de contact avec les belges ou les hollandais, mais c’est sans doute normal vu notre implémentation géographique.
Je pense que la France n’est pas le pire des pays en matière de gestion de la free-party, mais nous faisons tous face au même mouvement, uniformisant de répression et de tentative de cloisonnement vers le modèle commercial/légal, et à la fin on risque tous la même chose car notre mode de vie ne plait pas aux gouvernements : saisie du son, saisie des véhicules, amendes, contrôles abusifs, procès … »


Rouqin Beausniaq :

« C’est toujours un plaisir pour moi de sortir de nos frontières pour aller profiter de la Fête Libre. Ces teufs réunissent davantage de personnes qui sont impliquées et défendent notre mouvement. Ces personnes ne sont pas juste là pour consommer, ça rend le tout plus convivial et force les rencontres, j’ai l’impression de revivre mes premières free à chaque fois.
La Roumanie c’est un endroit à part, les gens y sont très gentils et nous accueillent toujours très bien. Le nombre de personnes présentes est souvent réduit par rapport aux teufs qu’on a l’habitude de faire en France ce qui est appréciable de temps à autre.
Après avoir loupé de peu le Funky Freaky Colombia l’année dernière, j’ai eu l’occasion d’aller au Sri Lanka cette année (en équipe Insoumis bien sûr ^^). Là-bas l’environnement change tout ! Une teuf les pieds dans le sable avec l’Océan Indien à côté c’est magique. Malheureusement nous n’avons pas échappés à la traditionnelle répression qui entoure le milieu tekno. »


Panpan RHT :

« La musique est universelle, et la tekno d'autant plus, et on n’est pas vraiment dépaysé lorsqu'on va en free dans un autre pays, du moins en Europe. J'ai vraiment apprécié les Teknivals que j'ai pu faire en Slovaquie ou Roumanie, et danser, échangé, discuté avec des personnes venues de toute l'Europe, sans réelle difficulté à se comprendre. Néanmoins, on s'amuse à trouver quelques différences et détails qui peuvent faire sourire, sur les styles vestimentaires, la manière de danser, etc. (je pense notamment aux Italiens et leurs fameux maillots de basket). Au-delà de ça, les seules réelles différences se font au niveau des lois. En France, c'est mitigé, on en est pas encore au point du Royaume-Uni par exemple et c'est possible de faire une Free avec plus ou moins de réussite, mais c'est vraiment agréable de pouvoir faire la fête en Roumanie par exemple, avec une quasi totale liberté. »

0766479abb1c.png



Enimatek Mateknik/DFC/RHT :

« Non aucun, je ne fais aucun comparatif, car les cultures sont assez similaires aux nôtres. Mais je n’ai pas à comparer au-delà de nos frontières, car dans mon ressentit la free, dans lequel moi j’ai le ressenti, n’a pas de frontière. Nous sommes tous égaux, les frontières c’est une idéologie que les gens nous font croire pour nous encadrer dans des zones, et nous faire croire que l’on est différent avec une culture différente, alors que l’on vit tous sur la même terre, du coup dans mon esprit aucune frontière donc rien à comparer.


Ind La’HP :

« Ok ok parfait...la réponse : waa les questions !!! ahahah...ben, par où commencer...Dans les pays de l'Est ça reste toujours particulier, parce que il y a assez peu de sons bulgares par exemple ou de sons roumains, alors quand on arrive là-bas, ça reste des européens occidentaux qui ramènent une culture, et une manière de faire même si ça a bien sur tendance à évoluer depuis plusieurs années. Il y a une grosse grosse culture tekno depuis très longtemps en Tchéquie, et c'est un pays tout à fait proche de l’Allemagne par exemple ,les ponts sont donc plus évidents entre ces pays...dans les pays de l'est, on retrouve donc des sons italiens, autrichiens, tchèque, français, anglais parfois aussi mais c'est plus rare...mais une majorité assez souvent de sons français se déplacent On croise alors des sons qui sont sur la route plus ou moins toute l'année, le rapport à la free est légèrement diffèrent du coup !! Mais tout aussi intéressant, et le plaisir est de pouvoir partager cela ! En Tchéquie, ils aiment bien le boom boom ahaha ! J’ai gardé des souvenirs assez marqués de leur amour pour le frenchcore et le hardcore, tandis que les italiens ont toujours eu un plaisir à écouter des sons plus pumpy disons, et mental ces dernières années également. Pour être honnête ça fait quand même des années que je n'ai pas été faire de Teknival ou de free là-bas, du coup mes souvenirs datent un peu, je ne sais pas forcement ce qu'il en est précisément aujourd'hui...à l'époque, les flics étaient assez tranquilles, peut-être moins habitué à voir des groupes de camions arriver et investir un lieu pour y faire une fête...à part en Bulgarie ou bon, là il fallait quand même pas trop rigoler...
A l'époque j'ai finalement vu assez peu de locaux venir voir ce qu'il se passait, un peu, mais pas énormément, ce que j'avais regretté un peu, l'idée restant pour moi de faire des ponts entre les pays grâce à la musique et la fêtes libre... ce qui était intéressant c'était aussi tout ce qu'il y avait autour, l'avant et l'après teknival, comme les gens nous percevaient dans la ville ou on allait etc.…Très variable, soit tout à fait sympa, soit clairement hostile haha !!! »


Joyce Smk DFC :

« La première fois que j'ai quitté la France pour la free c'était en 2010, en Pologne je suivais les Oblyk Dfroke pour un teknival « européen ». Et là, le mot libre prend tout son sens. La découverte de nouvelles cultures, nouveaux modes de vie, nouvelle musique ...Du coup l'année qui s'en suit (donc 2011), je fais mon premier voyage sonore avec mon équipe et les caissons. 30 jours de voyage 6 pays 2 teknival (Slovaquie / Roumanie) de péripéties à gros délire. Depuis je n’ai pas décroché, chaque année je me retrouve à faire au minimum 1 teknival à l'étranger avec ou sans les caissons, mais j'y suis. La comparaison : heu pour la plupart je dirais que ce sont des teknival « camion », il y a 4 fois plus de camions que de voitures. Les participants sont pour la plupart des grands passionnés du mouvement qui font pas mal de route. Les participants ne viennent pas à cette événement pour des raisons de proximité, mais belle et bien pour la passion de la free, donc pour être acteur et non consommateur de l'événement, ce qui rend l'événement plus agréable avec plus de bonne humeur et moins de soucis. Puis comme je le disais plus haut, le mélange de culture a du bon. Puis la découverte et l'aventure rend les évènements encore plus attrayant ! »



2/ Bilan sur ces 10 années :



Retour en arrière : que pensez-vous de votre évolution en 10 ans ?

Renard La’HP :

« On pourra tirer le bilan de ces 10 ans quand la teuf de ce week-end sera passée (rires) … Etant l’un des plus vieux, j’ai vu un peu les prémices de tout ça, je trouve magnifique qu’on ait aujourd’hui après 20 ans de teufs et 10 ans d’Insoumis, des équipes opérationnelles, composées de gens qui, non seulement ont à cœur de bien faire les choses, mais sont aussi engagés dans un militantisme pour l’autogestion, anticapitaliste, antiraciste antisexiste et antifasciste… Pour moi les insoumis étaient et sont restés des humanistes radicaux ! »


Viking RHT :

« Arrivé que depuis 2009/2010 dans le collectif, mais ayant été visiteur depuis le début, je suis toujours impressionné de là où nous en sommes arrivés aujourd’hui. C’est impressionnant de se dire que des gens venant de tous milieux ont réussi à créer tout ça. Toutes ces revendications et actions ne sont donc pas vaines. Et plus nous avançons, plus le message d’autogestion et de liberté est important à transmettre. Nous avons su partager notre savoir-faire aux nouveaux arrivant, comme ils nous ont appris. Puis avec toutes les rencontres que nous avons faites, je pense qu’on ne peut aller que de l’avant. »


Rouqin Beausniaq :

« Nous ne sommes arrivés qu’en 2013 au sein du Collectif et quand je vois notre évolution, tant au niveau de l’envergure de nos évènements que de l’organisation interne, je me dis que les années suivantes vont être riches en émotions ! Au fil des années on a réussi à mettre en place des outils qui nous permettent d’être plus efficaces aujourd’hui. Et puis en arrivant avec les Mobil’Dick, on a réussi à faire sortir ces « coreux » de leurs ténèbres et à y ajouter notre petite patte musicale et décorative (rires) »


Panpan RHT :

« L'évolution s'est déjà faite via l'agrandissement du Collectif au fil des années et le partage entre les membres. Les savoir-faire se transmettent aux nouveaux arrivants, les nouveaux apportent leur connaissance dans tel ou tel domaine (artistique, logistique, ou même juridique), l'expérience donne de belles leçons, etc. Cela donne des événements qui gagnent en qualité artistique au fur et à mesure, et au niveau de l'organisation et la gestion de l'événement cela se ressent aussi (même si l’on n’a pas grand-chose à apprendre aux aînés !). La chose importante je pense est qu'au fil des années l'esprit initial du Collectif, revendicatif et libertaire, a été conservé. Pour les années à venir je pense qu'il va falloir garder cette dynamique, mais également savoir consolider tout cela. »

cf99f0e5337c.jpg


Enimatek Mateknik/DFC/RHT :

« Beaucoup plus responsabilisé dans ce milieu, plus que devenu un plaisir !!! Une passion !!! Notre vie !!! Notre culture !!! »


Ind La’HP :

« Je crois que c'est une assez jolie évolution, car portée par la volonté d'essayer de progresser dans la qualité des évènements proposés, toujours motivés par l'envie de faire des liens avec d'autres sons, rencontrer, partager, s'unifier pour pouvoir résister ...mais aussi se remettre en question, réfléchir à nos actions, à ce qui pourrait être améliorer...et le plus beau à mon sens c'est la transmission qui a eu lieu et qui continue de se faire entre des sons plus anciens qui ont fait part de leurs expériences, de leur savoir-faire, a des sons plus jeunes, qui eux ont ensuite évolué pour pouvoir transmettre à leur tour des valeurs, une certaine éthique, tenter de rester intègre en évoluant, en s'adaptant, en essayant un maximum de rester à l'écoute de ce qu'il se passe dans le milieu tout en gardant vivant les vibes et l'état d'esprit du Collectif qui était présent à la base...rien n'est jamais parfait et on a toujours eu des ratés, il y en aura surement plein encore, mais depuis 10 ans il y a toujours eu cette volonté d'échange ,entre nous et avec les autres ,afin d'évoluer dans le bon sens, cette volonté d'être à l'écoute de « comment ça se passe à côté de nous ? » pour apprendre des autres et échanger nos expérience avec eux... et surtout cette volonté de résistance face à un système qui essaye de tuer depuis toujours l’idée même de fêtes libres, dénigrant au passage ce que peut signifier la fête, alors que c'est fondamental, même Nietzsche en a fait un livre haha...alors peut être que s’ils essayent a tout prix de tuer le mouvement c'est parce que ce n'est pas si anodin que cela... »


Joyce Smk DFC :

« Alors je ne faisais pas partie du Collectif à sa création, mais j'étais présent en tant que festivalier au Teknival des Insoumis en 2007. J'ai intégré ce groupe de sacrés loustics juste après la Free Parade de 2009 et à l'époque, c'était plutôt un réseau de différents Sounds, aux mêmes principes, qui se réunissait pour discuter des différentes évolutions du mouvement. Par la même occasion, ces réunions étaient l’occasion d’organiser les Multisons ou Teknival rassemblant les différents sounds du fameux réseau FAT-BASS. Avec le temps, des liens tellement forts se sont été créés et le réseau s’est transformé en véritable famille. Les différentes coalitions se sont unies et il était impensable pour certains de ne plus sortir sans l’ensemble du réseau. Aujourd'hui, le nom « Insoumis » signifie plus qu'un simple collectif, c’est un énorme groupe de copains qui se considèrent comme une famille ! »

10 ans viennent de passer.... quel est votre regard pour l’avenir ?

Viking RHT :

« Plein de luttes, de fêtes, de revendications, d’aventures, de rencontres, de partage ! Et on espère aussi moins de saisies et de violences policières. Enfin, une écoute réelle du gouvernement et une unité réelle dans notre mouvement. »


Panpan RHT :

« Toujours beaucoup de fêtes et d'actions revendicatives ! On ne va pas s'arrêter en si bon chemin. Nous sommes dans une belle dynamique et nous en voulons encore ! »


Enimatek Mateknik/DFC/RHT :

« L’avenir! »


Ind La’HP :

« Je crois que nous sommes tous motivé par ces mêmes idées qui nous font avancer depuis 10 ans (plus ou moins selon les différents membres) : faire du lien, faire vivre la tekno underground, défendre cette idée que les gens ont le droit de choisir la manière dont ils vivent, et font la fête, combattre le racisme, le sexisme et toute forme de discrimination en proposant des évènements aux gens où chacun est libre de venir, de se retrouver et de rencontrer. Du coup, bien qu'on ait tous des aléas de vie comme tout le monde en a, on n’est pas prêt de lâcher l'affaire. On continuera d'organiser des évènements en tentant de faire au mieux ! »


Joyce Smk DFC :

« L'avenir ... Perso, je regarde surtout le présent et me soucie peu de l'avenir. Temps qu'on aime ce qu'on fait, on continue ! Et puis, selon moi, l'une des forces du Collectif c’est qu'on a avec nous, aussi bien des Sounds qui ont plus de 15 ans d'existence, que des Sounds qui ont moins de 5 ans. Du coup, je pense que le Collectif a encore de beaux jours devant lui à partir du moment où les acteurs actifs du Collectif gardent les principes de base de la création. »

154c7d9b7e53.jpg



Pour terminer, avez-vous un message à faire passer ?


Viking RHT :

« Comme le disaient si bien les Béru, nous serons toujours le mouvement de la jeunesse et ce, même si l’on vieillit : « car nous sommes noirs, nous sommes rouges, nous sommes blancs et ensemble nous sommes de la dynamite ». Et que même si le temps avance, nous serons toujours contre le fascisme, le racisme, le sexisme, le capitalisme, la surconsommation et nous prônerons toujours la liberté, le droit à la Fête Libre, le do -it-yourself, l’autogestion et la musique quelle qu’elle soit ».


Rouqin Beausniaq :

« Allez viens, on est bien !! »


Panpan RHT :

« On est une grande famille avant tout, et personnellement, elle m'a énormément apporté, alors le message est simple : je vous aime les copains ! »


Enimatek Mateknik/DFC/RHT :

« L’avenir est plein de surprise et vu les démarches que l’on fait et la tournure que ça prend, on n’a pas fini de se faire plaisir à organiser de bonnes soirées dans les règles de l’Art, comme on l’a toujours fait avec le respect de la musique, des participant et des terrains. Et le message à faire passez « vive la fête libre » !!! »


Ind La’HP :

« Eh ben, oui message à faire passer : je crois qu'il est extrêmement important en ce moment de garder un certain éveil de l'esprit, à faire attention à une droitisation rampante de la société et des esprits par la peur et la manipulation qui nous montent les uns contre les autres, par la génération d'un racisme latent, d'une xénophobie feutrée, d'un sexisme accepté, d'une homophobie socialement acceptable etc...Il faut rester unis, tout en restant le plus ouvert possible, car toutes ces valeurs immondes font leur entrée de plus en plus aisément dans le monde de la tekno underground, alors que c'est précisément ce que nous rejetons de manière radicale... Gardez les yeux ouverts sur vos propres pensées, et ne jugez pas les autres hâtivement, et gaffe aux réseaux sociaux qui alimentent toutes sortes de débats futiles et font perdre de vue l'important... »


Joyce Smk DFC :

« Unités ! Il faut que les Sounds s'unissent parce que : Ouais !!! La force du mouvement c'est l'unité ! Même si, comme dans chaque mouvement, il y a différentes opinions et que certains se sentent déçus. Malgré tout, on a tous la même passion et le nombre fait notre force. ».




3 /Question bonus : After Insouzik 2017 ?



Et bien voilà 10 ans de passés ! C’est reparti pour un tour ! Cela a été un lourd weekend, entre bonne ambiance, retrouvailles, grosses sessions sons mix & live. Des gendarmes compréhensifs pour une fois, certains voisins forts sympathiques. Toujours ces quelques soucis habituels de la free mais rien de bien méchant.
Un grand merci à tous les sounds qui sont venus fêter et vivre ça avec nous !!!

0bf9bd4350fb.jpg


Et malgré cet incident d’incendie, dont l’origine est toujours à déterminer pour le moment, les gens ont su garder un certain sang-froid. L’évacuation du site s’est bien déroulée, et en accord avec les gendarmes, nous avons fait le maximum pour que personne ne reparte sur la route en état d’ébriétés ou autre.
Malheureusement, à nous seuls, nous n’avons pas pu arrêter cet incendie, qui n’a brulé qu’un champ de blé qui avait déjà était récolté, donc aucune perte pour l’agriculteur.  Incendie criminel ou stupidité de personne, pour le moment nous ne nous étalerons pas sur ce sujet.

Nous remercions aussi encore et toujours Techno Plus de leur présence et pour leur réactivité à chaque instant.
Nous remercions aussi tout le monde d’être venu, d’avoir participé et d’avoir fait vivre cet anniversaire.

fc6a65427345.jpg


A très vite pour de prochaines frees autogérées, libres, propres et revendicatives !!! See you after in the summer !!! Et longue Vie à la Résistance Festive !

PARFOIS SAISIS, JAMAIS SOUMIS, NOUS SOMMES LES INSOUMIS !




dbd1efcd0647.jpg




Partie 4 : Pages SounClound des membres du Collectif des Insoumis
soundcloud.png



040e2852bcbd.jpgd0affc3b5e58.jpga2c8e5ab2de8.jpg41164521a30c.jpgebfebe09047b.jpgbbdfb523f729.jpgf1b7f6cc467d.jpg5c84693ae3e7.jpg693670bd46b2.jpg45e8c05011d5.jpg
39e92ee5bec7.jpgb31d8a208357.jpgd28374b908c6.jpg9f78f9b78dc4.jpg17327c117843.jpgb20c2508b4fe.jpge7f24c56686b.jpg928b5330e1e6.jpg54a267938f95.jpgdc9c31a28da6.jpg
cc03de9e9a57.jpg5e241a5b3213.jpgffaea0455c03.jpg815189bdb3f4.jpgbd4a40fc726e.jpg15e118f9cf37.jpgd168ee89f19b.jpg999e73b52a0c.jpge073f312a1dc.jpg90806faf7bf6.jpg130d3d4f18a0.jpg



0e71b2995e4a.jpg



Toute l'équipe de Bass Expresion remercie infiniment le Collectif  des Insoumis de lui avoir consacrer ces moments d'échanges nécessaires à la rédaction de cet article. Nous remercions les membres des Sounds Peufratek/1kulpé, Beausniaq, La’HP, Passtek, RHT, Enimatek et DFC, d'avoir pris le temps de répondre à nos diverses questions, certaines un peu bateau je l'avoue wink, mais nous permettant néanmoins de les mieux connaitre en nous faisant partager leurs expériences et avis plus personnels...
Merci à Jokoss, Rouqin, Ben, Doudou, Renard, Panpan, Ind, Mateknik.
Merci plus particulièrement à Viking, qui a fait le relais pour la compilation de toutes les infos... Chapeau franchement ! Car tout cela en pleine prépa des Insousiks, avec enchaînement sur ses examens (diplôme obtenu avec succès il me semble bravo-encouragements-994), au lendemain de ce weekend de malade ! et Merci à Joyce,
obligé de faire le tri dans toutes ses photos et collection de fly !


(Merci aussi à Lapinou pour son soutien précieux pour le passage vers le coté obscur de BE lol  et merci à UncleDim de supporter mes critiques quant à l'interface tongue)

Maintenant c'est à vous, Collectif des Insoumis et chers Basseurs de venir enrichir en archives cet article et de le faire vivre au fil des des évènements à venir ! Ils viennent de fêter leurs 10 ans ? Ceci n'est que le début de leur histoire ! Alors faites marcher vos contacts et continuez à nous envoyer vos photos et fly afin de compléter nos archives et nous faire patienter jusqu'à l'anniversaire des 20 ans !!
A très vite devant les caissons techno cool
XoXo

Dernière modification par Manza (25-07-17 23:14:35)

   0 

Module de réponse Facebook
Nous vous conseillons vivement d'utiliser un compte au contenu non sensible. Le forum ne saurait être tenu responsable de la sécurité de vos données lors de l'utilisation de ce module.

Pour rejoindre la communauté dans un environnement sécurisé et profiter des nombreux autres avantages, Inscrivez vous et participer via le forum.

#2 21-07-17 11:19:00

Schranz for life
Bass Traveller
Lieu : Bzh
Inscription : 28-08-16
Messages : 175

Re : Part II : 10 ans du Collectif des Insoumis - L'interview

Putan merci manza !!!! Super!!!

   0 

Le gras c est bon

#3 21-07-17 12:34:30

dédé
Bass Explorer
Inscription : 18-08-16
Messages : 59
Implication :   

Re : Part II : 10 ans du Collectif des Insoumis - L'interview

Merci pour ton taf !!!!

   0 

#4 21-07-17 15:03:40

Manza
Archiviste
Lieu : Orléans
Inscription : 19-07-16
Messages : 49
Implication :   

Re : Part II : 10 ans du Collectif des Insoumis - L'interview

Merci vous tous ^^ mais c'est grâce à leur contribution aussi wink

   0 

#5 21-07-17 18:07:36

UncleDim
Orange mécanique
Inscription : 14-07-11
Messages : 1 485
Implication :   49 

Re : Part II : 10 ans du Collectif des Insoumis - L'interview

ébé, deux bon gros "pavés" n'étant pas des copiés / collés provenant de différentes sources... bien joué smile.
Effectivement merci à eux d'avoir joué le jeu et toi pour l'idée et le taf.

   0 

#6 23-07-17 15:25:17

KA.PICK
EnvironMentally Green
Lieu : entre 2 terre
Inscription : 04-09-12
Messages : 1 567
Implication :   42 

Re : Part II : 10 ans du Collectif des Insoumis - L'interview

Gros taf, merci Manza wink , et merci aux Insoumis d'avoir accepter cette interview

   0 

« Si les portes de la perception étaient nettoyées, chaque chose apparaîtrait à l'homme comme elle est, infinie. » William Blake

#7 24-07-17 18:28:47

lapin
Administrateur
Inscription : 11-07-11
Messages : 12 370
Implication :   76 

Re : Part II : 10 ans du Collectif des Insoumis - L'interview

Un grand merci aux Insoumis qui nous offrent un dossier qui fera date c'est certains. Ce sujet est déja exceptionnel de par sa richesse en ressortant de nombreux documents (flyers, photos...) disparus du net. Il permet également de replacer l'ensemble dans son époque, de mieux connaitre leur actions et leurs motivations. Un plaisir à consulter de bout en bout.

Félicitation à toi Manza pour ce travail colossal, pour avoir osée et assumer et pour avoir produit un contenu aussi lourd. Tu a de quoi être extrêmement fière de toi et de la confiance qui ta été accordée.

   0 

#8 24-07-17 20:17:44

barbebleu02
Je viens d'arriver, je paye ma tournée !!
Inscription : 17-07-16
Messages : 19
Implication :   

Re : Part II : 10 ans du Collectif des Insoumis - L'interview

Un grand merci à  toute l'équipe de bass expression pour ce report très intéressant

   0 

Pied de page des forums

BE 3.0 brought to you by : FluxBB

Legal & DMCA